Histoire du village

Accueil / Histoire du village

« Châtel-Montagne (appelé castel-montanis à l’origine) est niché à 600 mètres altitude, au niveau d’un col défendu naturellement par les versants escarpés de la Besbres.

Importance militaire

L’actuelle montagne bourbonnaise, a longtemps été une position défensive à l’extrême pointe nord-est du royaume d’Aquitaine et de l’Auvergne dont la frontière était située sur la Loire.
Cet emplacement stratégique explique la présence, outre de vestiges préhistoriques, probablement d’un oppidum gallo-romain puis enfin d’une seigneurie avec un château fort peut-être construit sur le même emplacement.
Lors de l’émergence du système féodal vers l’an mile, la situation de Châtel-Montagne en fera le chef-lieu d’une des plus importantes baronnies du Bourbonnais.

Importance économique

Au voisinage de Châtel-Montagne se croisent des voies importantes, les unes menant de Cusset à Roanne, en direction du grand centre commercial qu’à toujours été Lyon, les autres nord-sud, dont celle venant de Digoin, par Arfeuilles et menant vers Le Puy.

L’importance des voies de passage qui se croisent à Châtel-Montagne, permettant la tenue de foires régulières, entraînant la richesse du lieu, attestée par l’inscription de Châtel-Montagne sur la liste des 30 villes et villettes les plus importantes de la province à la fin du 16ème siècle… Elle comptait encore 1.668 habitants au recensement de 1830.

Déclin

La Révolution de 1789 entraînera la destruction de toutes les archives religieuses et civiles du village, renommé temporairement « Mont-sur-Besbre », ainsi que la suppression de la flèche de l’église. La réalisation en 1816 d’une véritable route de Châtel au Mayet, ainsi que de la route en lacets jusqu’au croisement de la route de Lapalisse, désenclaveront enfin le village. Cependant l’importance de Châtel-Montagne ne cesse de décroître depuis qu’elle a perdu son rôle de chef lieu de canton, au profit du Mayet-de-Montagne. »

Source ACER – Serge Seliverstoff